RICHARD BERGERON ÉJECTÉ DU COMITÉ EXÉCUTIF DE LA VILLE DE MONTRÉAL

 

Le chef du parti municipal Projet Montréal vient d’être éjecté manu militari du Comité exécutif de la Ville de Montréal. C’est le premier magistrat de la municipalité de Montréal, le Maire Gérald Tremblay, qui a in extremis actionné la manivelle … précisons que le principal intéressé, Richard Bergeron, menaçait depuis peu de mettre un terme à sa présence au sein du cénacle des décideurs à la Ville de Montréal.

 

Par Patrice-Hans Perrier

 

La pomme de discorde aura été le fameux projet de réfection de l’échangeur Turcot mis de l’avant par le ministère des Transports du Québec (MTQ). Monsieur Bergeron souhaitait que le MTQ profite des grands travaux anticipés afin de diminuer l’achalandage du trafic automobile estimé à 300 000 véhicules par jour.

Par ailleurs, les officines de ce ministère mettent de l’avant une solution de reconfiguration de l’échangeur où une partie importante de la structure serait supportée par des aménagements en talus. Une solution qui pourrait faire en sorte de créer une véritable «muraille de Chine», séparant le sud-ouest des quartiers plus cossus situés un peu plus au nord.

Toujours est-il que le challenger aux plus hautes fonctions de la mairie aura été pris de cours à son propre jeu. En effet, Richard Bergeron menaçait, depuis peu, de quitter son poste au sein du Comité exécutif de la Ville de Montréal si le Maire se rangeait, finalement, du bord de l’approche du MTQ. Le challenger menaçant, incessamment, de quitter si le Comité exécutif se pliait aux caprices du ministère des Transports du Québec.

La cohabitation du chef de la deuxième opposition avec les lieutenants du Maire Tremblay aura duré une année. Il faut dire qu’un nombre important des membres d’UNION MONTRÉAL – le parti au pouvoir – réclamait l’éviction de M. Bergeron du Comité exécutif. Nous avons été parmi les premiers observateurs à prôner une gouvernance de «composition» à la manière européenne. Richard Bergeron a-t-il eu raison de maintenir son point ou aurait-il dû «temporiser», quitte à pousser le Comité exécutif à infléchir ses visées un peu plus tard ?

Nous vous reviendrons avec une analyse en bonne et due forme d’ici peu. D’ici là, nous déplorons que le gouvernement du Québec  profite des dissensions politiques à la Ville de Montréal pour imposer un agenda qui n’est pas nécessairement en accord avec la réalité sur le terrain.

 

lien: http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2010/11/04/006-bergeron-renvoye.shtml

 

 


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s