GRIFFINTOWN : nouveau Far West de la spéculation


Photo Patrice-Hans Perrier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’appétit d’une poignée de spéculateurs menace un écosystème urbain

Par Patrice-Hans Perrier

 

Actuellement, Griffintown est devenu le Far West de la spéculation. Pendant que l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) mène ses aimables discussions, les développeurs immobiliers passent à l’action. Plusieurs observateurs arguent qu’il est justement trop tard pour consulter. La pléiade de projets en voie d’être avalisés par l’arrondissement du Sud-Ouest semble leur donner raison.

Mais, il y a plus. C’est ici qu’interviennent certains promoteurs et leur clientèle fétiche : les «fly by night» qui sont avides de se faire un nid à deux pas du quartier des affaires. Et, pour joindre l’utile à l’agréable, de réaliser quelques bons coups de poker. Il faut dire qu’elle est loin l’époque où l’on pouvait s’acheter un petit condo dans le secteur en déboursant la modique somme de 225 000 dollars.

Un de nos contacts est propriétaire d’une petite unité qu’il a acquis pour la somme de 245 000 dollars à l’époque de la phase 2 du Lowney, un projet qui en est rendu à sa 8e phase en ce moment. Notre contact affirme avoir récemment refusé une offre avoisinant les 400 000 dollars et on parle d’une modeste unité de …800 pieds carrés! Que se passe-t-il donc à Griffintown ?

 

Bulle immobilière

Les grandes agences immobilières et les banques ont beau nous rappeler que «les craintes de l’éclatement d’une bulle immobilière au Canada sont surfaites», nous connaissons la chanson. La spéculation profite aux banques qui passent de l’argent, mais il faut savoir la contrôler … avant que la bulle n’éclate. Comme au casino, plus la mise est grosse, plus le jeu s’emballe et plus les joueurs risquent de tout perdre. L’essentiel étant d’être le premier à retirer ses billes avant qu’il ne soit trop tard.

Même les experts en développement immobilier s’inquiètent en arguant que l’offre anticipée d’environ 8000 condos – à moyens termes – est peut-être trop concentrée et trop démesurée … pour les besoins réels du marché. La demande va-t-elle suivre ? La vice-présidente d’un important constructeur a été jusqu’à admettre, lors du dernier Sommet immobilier de Montréal, «qu’il y a un risque que ça s’effondre».

 

Oiseaux de malheur

De fait, les fly by night viennent mêler les cartes du développement du secteur. Alors que les honnêtes citoyens espéraient pouvoir s’y établir pour de bon, ces oiseaux de malheur viennent s’y nicher en souhaitant être aux premières loges de ce nouveau secteur branché. Sauf que les vautours qui survolent la scène savent très bien qu’il s’agit d’un marché artificiel qui ne représente en rien la valeur réelle du secteur.

Notre contact, appelons-le «citoyen lambda», nous confiait être aux prises avec une cohorte de fly by night qui ont jeté leur dévolu sur les dernières phases du Lowney en flairant la bonne affaire. Ces indésirables volatiles louent leurs petits pied-à-terre à des occupants de passage qui ne respectent pas les voisins, laissent les détritus pourrir sur la galerie et, comme de raison, ne participent pas aux réunions de l’association des propriétaires.

 

La chaise musicale

Dans certains cas, les fly by night ont déjà mis en vente leur unité de condo sans jamais y avoir mis les pieds ! Mais, il y plus, et c’est là que les choses se corsent … un autre de nos contacts que nous allons nommer le «promoteur lambda» pointe du doigt un mouvement de troupes qui annonce la fin de la récréation. En effet, certains acheteurs, qui ont déjà fait d’importantes mises de fond sur des projets à venir, mettent leur unité à vendre sur des sites Internet … la spéculation n’ayant jamais eu une aussi bonne mine à Montréal !

 

Fin de la récréation

Plusieurs grandes publications spécialisées nous rappellent le danger que les nouveaux acheteurs (les fly by night et leurs amis) soient floués dans un contexte où les promoteurs auraient trop construit dans un secteur à la mode. Notre «citoyen lambda» nous faisait aussi remarquer que «les promoteurs ont tellement démoli d’anciens taudis que l’on se demande s’ils finiront par y creuser les fondations de leurs projets anticipés»… et dans un secteur où les infrastructures sont complètement à refaire à hauteur d’environ 50 % (selon les données dela Ville de Montréal) plusieurs se posent la question de savoir qui assumera quoi.

Le «promoteur lambda» connaît bien la chanson, consultant à l’occasion le département d’urbanisme de l’Arrondissement du Sud Ouest à ce sujet. Il nous rappelait, fort justement, que le promoteur Devimco avait fait miroiter de juteuses promesses d’investissements dans des infrastructures de toutes sortes, incluant un petit tronçon de tramway. Tout cela aurait été oublié et les autorités municipales pourraient assumer entièrement le raccordement des futurs développements au réseau d’infrastructures de la métropole.

 

Douche froide

Outre les petits spéculateurs floués, il y a aussi l’arrondissement du Sud Ouest qui pourrait faire les frais de cette ruée vers l’or. En effet, notre «promoteur lambda» nous rappelait qu’il existe un contentieux concernant le partage de Griffintown entre l’arrondissement Ville-Marie et celui du Sud-Ouest. Il nous aide à conclure notre billet en arguant que «les édiles de Ville-Marie lorgnent vers Griffintown puisque ce secteur représente de juteuses recettes en termes de taxes foncières et autres. On pourrait assister à une reconfiguration du secteur».

En d’autres termes, même si c’est la ville centre qui collecte les taxes, l’arrondissement du Sud-ouest pouvait compter sur la collecte des redevances sur les permis de construire pour se remettre à flot. Un pactole qui risque de lui échapper si l’arrondissement Ville-Marie met la main sur Griffintown.

Quand la fin de la récréation aura sonné, il n’y a pas que les oiseaux de malheur qui subiront les affres de la douche froide !

 

Un dernier lien vers un article prospectif qui fait le point sur l’avenir du secteur.

 

Une vidéo gracieuseté du promoteur Carré de la Montagne, un acteur du développement immobilier qui semble avoir assez bien saisi certains enjeux du secteur.

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s